Aujourd’hui nous rencontrons Denis, alias Ledenezvert. Denis est un collectionneur de jeux vidéo, fan de la série des Castlevania, et qui a d’ailleurs créé un site dédié exclusivement à l’univers Castlevania. Une véritable petite merveille de documentation pour tous les fans de la série, vous y trouverez dizaines d’articles sur son histoire, ses personnages, les produits dérivés et plein d’autres topics, bref une véritable mine d’or d’informations sur le sujet. Nous vous recommandons vraiment d’aller y faire un tour, vous ne serez pas déçu. 

Ma passion du jeux vidéo

Holdies : Bonjour Ledenezvert, peux-tu te présenter rapidement ? 

Bonjour, je m’appelle Denis, alias Ledenezvert sur la toile, je suis tombé dans la marmite des jeux vidéo quand j’étais petit et cette passion ne m’a pas quitté depuis même si je m’adonne volontiers à d’autres loisirs… J’ai en outre créé un site appelé Castlevania Retrogaming dont je m’occupe depuis mars 2014.

screenshot-from-2017-02-22-12-58-52

H : Parlesnous de ta passion des jeux vidéo ? Quand a-t-elle commencé ? 

L’un de mes premiers souvenirs vidéoludiques doit remonter à l’Atari 2600 que possédait une amie de ma mère. J’ai fait mes toutes premières armes de joueur sur des jeux comme Space Invaders, Ms. Pacman ou Jungle Hunt. Fasciné par l’interactivité entre manette et écran de télévision et les possibilités que cela offrait en terme d’amusement, il m’a fallu batailler dur pendant quelques années avant de pouvoir m’offrir ma première console en sortant de l’enfance, évidemment une Atari 2600 ! Mais la NES faisait déjà bien des ravages dans les discussions de cours de récré, aussi je me suis séparé au bout de quelques mois à peine de cette machine pour m’acheter le pack NES avec Teenage Mutant Hero Turtlesà 690 francs et c’est là que tout a vraiment commencé, grâce aux échanges de jeux entre copains pour pouvoir jouer à un maximum de titres, les prix d’un loisir pareil étant plutôt élevés à l’époque (on avait un nouveau jeu qu’à un anniversaire, à Noël ou éventuellement si on avait un bon bulletin scolaire en fin d’année en général).

Plus tard, après avoir essayé lors d’une fête foraine Street Fighter II dont l’adaptation était annoncée sur la Super Nintendo en fin d’année, il me fallait passer sur une nouvelle machine et c’est avec un gros pincement au cœur que je me résolus à revendre ma NES et tous mes jeux pour pouvoir m’acheter cette nouvelle console… Mais si j’ai eu l’occasion de découvrir beaucoup de jeux géniaux sur la Super Nintendo, je me disais que tôt ou tard il fallait que je récupère une NES avec les titres que je possédais et ceux qui me faisaient de l’œil avant de ne plus pouvoir remettre la main dessus… Aussi, refaire la même « erreur » et revendre une autre console me semblait impensable et j’ai depuis toujours gardé les machines que j’achetais ! Et c’est au tout début des magasins Cash Converters (vers 1996 – 97 de mémoire) et autres boutiques spécialisées de JV qui commençaient à s’implanter en province de plus en plus que j’ai récupéré une NES (en fait plusieurs !) avec une flopée de jeux pour une bouchée de pain…

Par la suite, j’ai eu la chance au cours de mes études de travailler pendant les vacances scolaires dans un magasin Dock Games et c’est là que j’ai réellement commencé à collectionner : en effet, ce petit boulot m’a permis d’acheter à bas prix des consoles et jeux d’occasion comme la Megadrive, la Game Boy (et ses petites sœurs Color et Advance), la Playstation, ou la Nintendo 64… C’était vraiment une époque formidable, j’étais payé pour vendre et racheter des consoles et des jeux vidéo, je pouvais en ramener le soir chez moi pour en tester, et comme déjà dit je me constituais une belle petite collection sans vraiment m’en rendre compte !

dock-games-nimes-74284-visuel-1

Puis, quand j’ai commencé à travailler après mes études, c’était déjà l’heure de la Game Cube et de la PS2 (j’ai fait l’impasse sur la Xbox), j’ai donc poursuivi ma collec’ sur ces supports tout en gardant un petit œil ouvert sur les titres qui me manquaient encore sur d’anciennes machines, mais sans que cela soit particulièrement une obsession, ce qui est dommage en y repensant d’ailleurs car c’était aux débuts d’Ebay et autres sites d’enchères ou d’occasion, à une époque où tout le monde (ou presque) se désintéressaient des vieux jeux vidéo et où il était possible de faire de sacrées affaires !

Ensuite, en fan invétéré de Nintendo, j’ai naturellement enchaîné avec la Wii dès sa sortie (son concept m’avait séduit à sa présentation à l’E3 comme beaucoup, sans oublier The Legend of Zelda : Twilight Princess qui sortait dessus !), et j’ai acheté une DS lite en occasion plus tard. La PS3 puis la Xbox 360 sont venues les années suivantes quand leurs prix ont commencé à chuter, en passant notamment par la case import UK bien plus intéressante financièrement parlant au début pour satisfaire mon envie de nouveaux jeux…

C’est également à  cette époque que je suis réellement tombé (ou retombé c’est selon) dans ce qu’on appelle aujourd’hui le retrogaming ; enfin je suis surtout parti à la recherche de vieux jeux qui manquaient encore à ma collection après m’être inscrit sur le forum du site France Retrogaming (coucou à ses membres au passage s’ils me lisent !) en 2011 et en voyant les retours d’achats ou de brocantes des membres. C’était à cette époque où d’autres joueurs comme moi commençaient à se réintéresser à de vieux jeux et où les prix commençaient à bien remonter en flèche ! J’ai donc commencé à enrichir ma collection mais – je l’espère ! – de manière assez raisonnée comparé à d’autres collectionneurs qui n’avaient pas un patrimoine de départ comme le mien et qui achetaient beaucoup de jeux sur de nombreux supports différents, parfois de manière un peu irréfléchie… Enfin je précise que je ne jette la pierre à personne – chacun collectionne comme il l’entend fort heureusement – et je serais bien mal placé pour le faire d’ailleurs… A mon sens, tant que la passion est là et que la collection du jeu vidéo ne prend pas trop de place dans la vie de quelqu’un au point de lui nuire d’une manière ou d’une autre, que chacun se fasse plaisir ! Mais je disgresse…

Pour finir, je me suis porté acquéreur de la Wii U à sa sortie sans grande conviction mais avec la promesse d’un Rayman Legends exclusif à la console (Ubisoft nous aura bien eu avec ça !), mais j’ai tout de même passé beaucoup d’heures en multi sur Nintendo Land et Mario Kart (et cela continue d’ailleurs). Je suis également tombé dans le cercle vicieux des Amiibos mais plus généralement des figurines de jeux vidéo pour agrémenter ma collection. Plus récemment, je suis passé à la PS4 avec Metal Gear Solid V : The Phantom Pain et j’attends la Switch (et surtout The Legend of Zelda : Breath of the Wild !) de pied ferme le mois prochain !

En somme, j’ai un parcours vidéoludique plutôt classique je dirais en passant d’une machine à l’autre, à la différence que je me suis efforcé de garder tout ce que j’achète !

Ma collection Castlevania et le site Castlevania Retrogaming

H : Peux tu nous présenter ta collection ?

Avec plaisir mais je vais essayer de me focaliser sur mes licences de cœur que sont The Legend of Zelda et bien sûr Castlevania!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

H : Si tu devais désigner le top 5 de tes jeux préférés, lesquels citerais-tu ? 

Pas facile car il y a tellement de jeux que j’adore… Super Castlevania IV sur Super Nintendo reste pour moi un classique (même si je suis moins catégorique depuis que j’ai découvert avec beaucoup de retard Dracula’s Curse sur NES et Rondo of Blood sur PC-Engine). Bien sûr je n’oublie pas Symphony of the Night sur Playstation qui est cultissime mais je préfère les épisodes action / plate-forme qu’exploration quand on parle de Castlevania… Ceci dit, un autre de mes jeux préférés reste Super Metroid sur Super Nintendo (que j’avais acheté Day One à sa sortie française en 1994 !) donc je n’ai absolument rien contre le genre Metroidvania, bien au contraire ! Enfin, je ne peux évidemment pas omettre The Legend of Zelda : A Link to the Past toujours sur Super Nintendo et Ocarina of Time sur Nintendo 64 dans mon top 5, mais au risque de me répéter il est difficile de n’en citer que cinq jeux vu tout ce qui existe…

figurines castlevania, figurines simon castlevania, figurine dracula castlevania, figurine alucard castlevania, figurine succubus castlevania
Figurines Castlevania

H : Tu tiens un blog entièrement dédié à l’univers Castlevania peux tu nous en dire plus, quand et pourquoi l’as-tu lancé ?

D’abord, même s’il a peut-être l’apparence d’un blog (et que je suis pour ainsi dire la seule personne à travailler dessus), je préfère parler de site que de blog car je m’efforce d’offrir le maximum d’objectivité possible dans ce que j’écris et de garder une certaine rigueur rédactionnelle au lieu de me perdre dans des appréciations somme toute personnelles (voire un style relâché) comme c’est souvent le cas de blogs. Attention, je ne critique absolument pas la façon d’écrire sur les blogs (j’en lis régulièrement plusieurs) mais ce n’est pas ce que je recherche à faire avec Castlevania Retrogaming.

Bref, pour répondre à ta question, l’aventure a commencé après la sortie de Castlevania : Lords of Shadow 2 sorti sur PS3, Xbox 360 et PC en février 2014. C’était un jeu que j’attendais beaucoup après avoir adoré le premier épisode et dû me contenter d’un volet de transition mi-figue mi-raisin sur 3DS (Mirror of Fate). En fait, j’ai toujours aimé écrire et donner mes avis sur les jeux auxquels je joue, chose que je faisais fréquemment sur le forum de France Retrogaming puis carrément sur le site après la demande de son créateur (et blogueur) Link-tothepast.

Aussi, avant la sortie de cet opus qui devait clore le reboot Lords of Shadow, j’ai voulu rejouer aux deux premiers épisodes pour me remettre dans le bain et l’idée d’écrire tout un dossier sur la trilogie est venue naturellement à mon esprit. Sauf que je me suis laissé emporter dans mon élan et j’ai fini par accoucher d’un dossier s’étalant sur 30 pages Word ! Cela me semblait bien trop long pour le publier sur France Retrogaming (surtout pour parler de jeux récents – même si je l’avais déjà fait – sur un site traitant de jeux rétro !), aussi l’idée de proposer ma prose à un site spécialisé m’apparaissait plus approprié…

Hélas, malgré la popularité de la licence, le web francophone est bien peu fourni sur Castlevania (il existe un seul site qui n’a pas été mis à jour depuis 2006 ainsi qu’un forum aléatoirement fréquenté pour ainsi dire). Me lancer moi-même dans la création d’un site spécialisé semblait alors la meilleure solution pour pouvoir partager mon travail avec les internautes désirant le lire, sauf que je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais… J’ai alors demandé de l’aide à Link-tothepast pour lui parler de mon projet et en savoir davantage sur la façon de procéder pour créer un site web et il m’a gentiment proposé d’héberger mon site via France Retrogaming (d’où l’extension « retrogaming » dans l’adresse et donc le nom de mon site à l’origine).

En somme, je suis un brin perfectionniste et suis parti dans l’idée de créer un site de référence en français sur Castlevania traitant l’intégralité de la licence sous tous les angles (autant voir les choses en grand !), mais du coup en commençant par la fin puisque je commençais par publier mon analyse des derniers épisodes en date ! J’ai vite rectifié le tir en rejouant à l’opus fondateur pour également en écrire une analyse et depuis je traite de la licence dans l’ordre chronologique pour en voir l’évolution. Ceci dit, comme je traite également de tout ce qui touche de près ou de loin à la licence, j’ai fait par exemple pas mal de recherches sur les inspirations des jeux, qu’elles soient historiques, littéraires ou cinématographiques pour en faire des articles ; je veux dire qu’il y a tellement de choses à traiter que la simple sphère vidéoludique est vite dépassée, même si analyser les jeux reste ce que je préfère faire sur mon site (malgré l’aspect très chronophage de ces articles).

H : Tu es un grand fan de la licence Castlevania, pourquoi cet univers en particulier?

Je dirais d’abord pour le côté gothique et fantastique (rien que le bestiaire composé de monstres d’origines diverses et plus horribles les uns que les autres tous réunis dans un seul et même lieu : le château de Dracula !) et la lutte séculaire entre le Bien et le Mal ;

autrement dit, l’histoire d’un héros solitaire qui porte le destin du monde sur ses seules épaules et qui va devoir passer par je ne sais combien d’épreuves et éviter un grand nombre de pièges mortels pour pouvoir défaire l’incarnation du Mal ; c’est très manichéen voire simpliste dit comme ça, mais cela reste un concept intemporel (c’est dans les meilleurs pots qu’on fait les meilleures soupes !) et sortir victorieux d’un challenge pareil (les premiers épisodes étant réputés pour leur difficulté) procure un sentiment d’accomplissement sans pareil… Ajoute à ça que le héros a souvent la classe, surtout armé d’un fouet pour détruire les ennemis sur sa route et tu auras un aperçu de ce que Castlevania véhicule chez les fans de la première heure comme moi !

H : Quels sont les jeux qu’il te manque pour le full set? Quelle est leur cote actuelle?

Je ne suis pas un collectionneur acharné de Castlevania, en premier lieu car les prix ont toujours été (et le sont de plus en plus) élevés sur cette licence et que j’ai finalement commencé à réellement collectionner sur la série assez tardivement ; alors je ne serais évidemment pas contre posséder tous les épisodes dans toutes les éditions possibles (enfin le triptyque habituel JAP / US / PAL-EUR ou FR me comblerait déjà ^^) mais aujourd’hui je possède tous les jeux sortis chez nous avec quelques versions japonaises et quelques opus ou spin-offs jamais sortis en France ; en somme je suis en mesure de jouer à tous les épisodes et cela me convient déjà très bien !

Alors j’aimerais bien posséder certaines pièces complètes comme la version originale de Rondo of Blood sur PC-Engine mais sa cote a complètement explosée en 2-3 ans dépassant désormais facilement les 200€ pour une version sans spinecard et/ou registration card (donc incomplète), ou bien celle d’Akumajō Dracula sur Sharp X68000 (un système sorti uniquement au Japon) qui doit tourner vers les 300/400€ complète en bon état, ou encore la version Famicom du tout premier Akumajō Dracula sortie en 1993 sur support cartouche qui n’a plus vraiment de cote tant les prix qu’on peut voir sur Ebay par exemple ne riment plus à rien même si c’est une édition « rare », et c’est sans parler de Vampire’s Kiss sur Super Nintendo ou de la version limitée PAL/FR de Symphony of the Night dont les prix affichés sont complètement fumés eux aussi…

A part les jeux, je collectionne également un peu tout ce qui est dérivé de la licence : ouvrages, guides officiels, figurines, etc. mais là aussi les prix montent vite donc je me dois de me limiter…

H : Quelles sont tes sources de documentation sur le sujet, quels sites, autres blogueurs, groupe Facebook font référence sur le sujet ? 

Comme je te le disais plus haut, le web francophone est plutôt pauvre en informations sur la licence ; en revanche les Américains ont plusieurs sites de référence que je consulte régulièrement (mais ils sont parfois erronés ou incomplets, il faut faire attention et vérifier certaines infos souvent à deux ou trois fois pour éviter d’écrire des bêtises !).

Après, pour la documentation en général, j’ai éclusé le site abandonware-magazines.org pour tout ce qui est tests d’époque (et pubs aussi dans une moindre mesure) mais je fais également régulièrement des recherches plus ou moins longues sur le net (via Google images tout bêtement) pour dénicher d’autres choses, et parfois rien qu’une recherche d’images peut m’amener à tomber sur un site susceptible de m’intéresser pour un futur article ou en améliorer un déjà existant !

Abandonware
Abandonware

Ensuite, j’ai eu la chance de pouvoir être en contact avec plusieurs collectionneurs bien plus calés que moi sur la licence qui ont pu m’aiguiller ici ou là sur plusieurs choses (parfois des points de détails mais qui ont leur importance !) ou même rédiger pour le site. Hélas, tout n’est pas sur internet, énormément de choses demeurent encore inconnues sur la licence (et certaines le resteront probablement à jamais), c’est un travail de fourmi certes passionnant mais qui exige beaucoup de patience, de travail et une certaine dose de chance ! C’est pourquoi toute aide est VRAIMENT la bienvenue pour enrichir le site…

Enfin, je me base sur ce que je sais ou possède moi-même pour démêler le vrai du faux et être le plus précis / objectif possible dans ce que j’avance, notamment dans mes analyses. D’une certaine manière, je ne fais que défricher tout ce qu’il y a à savoir sur la licence à ma mesure…

H : Combien de temps consacres-tu chaque semaine pour enrichir le contenu de ton site ? 

Cela a beaucoup changé depuis le début du site en mars 2014. Au début, c’était tout nouveau, le fait de créer moi-même un site web de A à Z me faisait passer pour ainsi dire tout mon temps libre sur Castlevania Retrogaming (vacances incluses !); il faut déjà dire que je ne connaissais pas grand chose (sinon rien) en terme de création de site web (que ce soit côté design et autres) même si WordPress est quand même sacrément facile d’accès pour les novices il faut bien l’avouer ; j’ai dû tout apprendre sur le tas (et j’en apprends encore !) en demandant conseil ou assistance à des membres de France Retrogaming et d’ailleurs le cas échéant…

Ensuite, je voulais du contenu de qualité à proposer à mes lecteurs potentiels et remplir un peu le site, aussi je m’étais mis en tête de publier un nouvel article tous les deux jours ! Puis, non pas que je me sois lassé, mais il a fallu me raisonner et garder du temps pour d’autres choses (d’autant plus que la rédaction de certains articles – pas forcément longs de surcroît – demande beaucoup de recherches et/ou de réflexion que d’autres, c’est assez aléatoire suivant la documentation à disposition), et j’ai ainsi progressivement commencé à publier de façon plus espacée mais toujours régulièrement : d’abord tous les trois jours, puis quatre, puis un article par semaine (ce qui est un bon rythme de croisière  je trouve ^^) jusqu’à il y a quelques mois où je me suis complètement arrêté car mon métier m’accaparait beaucoup à côté et je n’avais absolument plus le temps ni la volonté de publier un article que j’estime de qualité par dessus le marché !

D’une certaine manière, ça m’a été bénéfique car j’ai pu lâcher du lest et retrouver du temps pour moi et mes proches, et juste jouer ou me détendre globalement (en somme faire autre chose que travailler), bref me ressourcer car j’en avais bien besoin, là où m’occuper du site me prenait tout ce temps d’habitude comme je m’occupe généralement du site en soirée… C’est une sorte de pause forcée qui me fais du bien in fine et va me permettre de revenir œuvrer sur Castlevania Retrogaming prochainement avec sérénité et une motivation nouvelle, car déjà cela me manque et ensuite j’ai toujours en projet d’aller jusqu’au bout des objectifs que je me suis fixé, c’est-à-dire de traiter l’intégralité de la licence (et au-delà !) pour rappel !

H : Plutôt joueur ou collectionneur ?

J’aimerais te dire les deux, mais c’est vraiment une histoire de cycle comme je suis quelqu’un d’entier qui n’aime pas s’investir à moitié : le temps que je passe à collectionner ne peut pas réellement être consacré à jouer et inversement, alors en général quand je collectionne, je ne joue pas ou peu, et quand je joue je ne collectionne pas ou peu (j’entends par « collectionner » être à la recherche d’une ou plusieurs pièces en particulier, pas simplement acheter quelque chose qui vient de sortir), donc quand je suis satisfait ou « contenté » avec une activité, je me tourne assez naturellement vers une autre. Ajoute à ça travailler sur le site qui est très chronophage (sans oublier toutes les contraintes du quotidien évidemment), les journées qui ne font que 24h là où j’aimerais parfois qu’elles en fassent davantage pour faire tout ce que je voudrais faire, il est difficile de tout concilier !

Voilà, je te remercie beaucoup pour cette interview et j’espère ne pas avoir été trop long pour les lecteurs de Holdies qui auront eu le courage de me lire jusqu’au bout !

Merci Denis pour avoir partagé avec nous ta passion, c’était vriament un régal de pouvoir échanger avec toi.

Et vous, vous êtes plutôt Zelda ou Castlevania ? Laissez-nous vos commentaires pour partager avec nous votre passion pour ces licences

Maurine

2 commentaires »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s