Holdie’s est parti à la rencontre de Vincent qui répond au pseudonyme de Nevertrust sur Internet, un collectionneur de jeux et consoles Nintendo. Nous lui avons posé quelques questions pour comprendre d’une part d’où venait cette passion pour Nintendo, mais également pour en savoir plus sur sa collection.

Vincent est également le fondateur du site Nintendo-museum.fr sur lequel il partage sa collection en photos et rédige des articles sur la firme la plus emblématique du monde des jeux vidéo.

Rencontre avec un passionné, collectionneur Nintendo

Holdies : Bonjour Nevertrust, peux-tu te présenter à nos lecteurs

Nevertrust : Et bien tout d’abord merci pour l’interview et bonjour aux lecteurs. Je m’appelle Vincent, alias Nevertrust sur la toile. J’ai 26 ans et travaille dans le domaine de la santé depuis 5 ans. J’apprends également le japonais depuis maintenant 2 ans en vue d’une reconversion d’ici quelques années.

H : Peux-tu nous parler de ta collection : d’où est venue ton envie de collectionner les jeux vidéo, depuis combien de temps, et pourquoi Nintendo ?

N : J’ai toujours été bercé par les jeux vidéo, mais très peu de Nintendo… Et oui, cela peut paraître étrange mais c’est la vérité. Mon père nous avait offert à sa sortie une PlayStation, à mon frère et moi. On avait également un Amiga, avec de très bon jeux dont j’ai encore beaucoup de souvenirs. Chez ma mère, j’avais le loisir de pouvoir jouer à la Master System II dont je me rappelle surtout Asterix et le Alex Kid intégré. En 2000, passage à la PS2 et à fond sur PES, dans la continuité de la PS1. Et Nintendo dans tout cela ? Et bien chez mon oncle j’ai eu la chance de pouvoir énormément jouer à la NES, la Super Nintendo et la N64. Que de souvenirs sur Super Mario All-Stars, A Link To The Past ou encore Mario Kart 64 et Ocarina Of Time !

Quant aux consoles portables, j’ai eu la première Game Boy vers l’âge de 6 ans puis chaque nouvelle version à peu près au moment de sa sortie, non sans devoir revendre la console et les jeux que je possédais déjà.

En 2002 sort la GameCube. Pour mes 15 ans je reçois à mon anniversaire le Pack Metroid Prime courant 2003 et revend tout ce qu’il me reste sur PlayStation.

metroid prime gamecube

A partir de ce moment là, je n’ai plus eu besoin de revendre des jeux pour mes futurs achats, d’où le déclic : pourquoi ne pas me plonger dans les consoles que j’ai ratées, histoire de rattraper le temps perdu et de me rappeler de bons souvenirs ?

C’est à compter de cet instant que je considère avoir entamé ma collection. Emmené par la nostalgie, j’ai commencé par acquérir une N64 et une Super Nintendo avec sur chacune les jeux qui m’avaient marqués. Puis, la suite logique : l’envie d’en découvrir plus, d’essayer les autres jeux que je n’avais pas connus. A donc suivi l’achat d’une NES, d’un Virtual Boy… Toujours en bon état et complets.

virtualboy

Depuis j’ai aussi acheté d’autres consoles comme la Xbox360 ou dernièrement la PS4 mais j’ai toujours fini par tout revendre, contrairement aux consoles Nintendo.

H : Collectionner Nintendo est très vaste, peux tu nous dire comment tu cibles ta collection et sur quels critères tu sélectionnes tes nouvelles acquisitions ?

N : Collectionner Nintendo est en effet très vaste, surtout que je ne cible aucun support en particulier. Mon critère de sélection est avant tout le prix. Il m’est bien sur arrivé de nombreuses fois d’acheter un jeu bien précis et de le payer au prix « de la cote » sur les principaux sites d’enchères / d’annonces mais rien ne vaut l’échange entre collectionneurs.

Dans un souci évident d’économie, j’ai donc toujours acheté mes jeux sur des forums de retrogaming ou plus récemment via les réseaux sociaux. L’avantage est de trouver les jeux à prix plus abordables mais aussi de créer un climat de confiance au fil des années, si bien que les transactions avec de vieilles connaissances sont conclues les yeux fermés. Ceci est tout de même dicté par des « périodes » qui me conduisent à faire le grand écart entre les générations : Virtual Boy, puis GameCube, et retour à la NES…

L’inconvénient est évidemment de ne pas forcément pouvoir choisir l’orientation de sa collection, mais aussi de devoir être au bon endroit au bon moment pour saisir les bonnes affaires. Quant aux brocantes, je ne me fais plus d’illusion : trouver aujourd’hui du pré-GameCube en complet et en bon état est chose impossible. Du coup, je ne me rend plus qu’à deux à trois brocantes par an, en mode « ballade » avec ma copine pour trouver des goodies, des pin’s, des livres sur le Japon…

H : Quels sont tes objectifs à travers ta collection ?

N : L’ensemble des jeux que j’acquiers sont au minimum en bon état et bien évidemment complets. J’achète pour jouer, donc je n’entasse pas des jeux que n’aime pas pour « faire du chiffre ». La finalité sera, d’avoir dans le futur, une bonne « gameroom » que tout collectionneur rêve de posséder. J’ai également un objectif personnel qui est de parler couramment le japonais, c’est là que les jeux Famicom / Super Famicom, que j’achète beaucoup ces derniers temps, me sont très utiles car c’est tout bénéf’ : travailler en s’amusant !

gradius 3 superfamicom

H : Quelle est la pièce dont tu es le plus fier et pourquoi ?

N : Une question difficile. Je dirais que c’est ma Color TV-Game 15 pour la simple et bonne raison qu’elle symbolise, avec la CTG-6, la première incursion de Nintendo sur le marché du jeu vidéo à domicile. De plus, je la possède complète et en bon état, alors se faire aujourd’hui des parties de tennis façon « pong » avec cette fameuse machine est un grand plaisir.

Color TV Game 15 Nintendoo

NDLR : La Color TV Game 15 est la première console de salon créée par Nintendo. Elle est sortie au Japon en 1977 ! Plus d’informations

borne arcade donkey kong
La fammeuse borne Donkey Kong

H : Quel est ton Saint Graal, la pièce que tu recherches plus que toutes les autres et pourquoi ?

N : Mon « Saint-Graal » serait une authentique borne d’arcade Donkey Kong ! Non seulement le jeu est pour moi toujours aussi fun à jouer aujourd’hui, mais cette borne symbolise également le succès international de Nintendo dans le domaine de l’arcade. De plus, la petite histoire des bornes Radar Scope la rend particulière. Cette borne d’arcade est donc la plus mythique de Nintendo avec en plus la première apparition de Mario (Jumpman), Donkey Kong et la future Peach (Pauline).

H : Combien as tu d’objets dans ta collection ?

N : Comme je possède le détail de ma collection, la réponse sera précise : 468 jeux presque tous complets, 32 consoles, environ 60 goodies, 35 livres / CD, environ 200 magazines / mook, 23 supports publicitaires, 39 badges et enfin 43 pin’s.

H : En tant que joueur quel est ton jeu préféré ? Et ta console ?

Et bien ma console préférée est la Nintendo 64, celle qui me rappelle le plus de souvenirs de l’époque ! Ocarina Of Time était absolument gigantesque, vraiment époustouflant. Insérer la cartouche et entendre les notes de l’écran titre me fait encore aujourd’hui monter les larmes aux yeux, il représente assurément mon jeu préféré.

The-Legend-Of-Zelda-Ocarina-Of-Time

J’aime aussi beaucoup Super Mario All-Stars, un condensé de fun et de challenge mais l’émotion n’est pas du tout la même.

H : Que penses-tu de l’évolution des jeux vidéo (le current-gen) ?

N : Je joue pas mal sur la PS4, c’est une très bonne machine qui va très bien en combo avec la Wii U. J’ai pensé pendant un certain temps que les jeux seraient multi-plateforme, contrairement à la génération précédente, mais ce n’est pas le cas. Le bémol est la tendance au tout dématérialisé, je ne sais pas ce que cela donnera sur la prochaine génération. En tout cas les constructeurs devront trouver autre chose que la surenchère technologique pour se démarquer car je pense que la limite est atteinte, les différences ne seront plus flagrantes.

H : Quel est ton sentiment sur l’essor qu’a connu le rétro gaming et la collection de jeux vidéo ces dernières années ?

N : Le milieu est malheureusement devenu un sacré business. Heureusement il y a encore de nombreux passionnés, même si depuis plusieurs années beaucoup de joueurs se lancent dans la collection, plus pour suivre l’effet de mode qui prend de l’ampleur autour du rétrogaming que par véritable passion.

Il y a donc une explosion de la demande, mais comme l’offre ne suit pas, les prix flambent. Ceci a entraîné l’arrivée des « ratisseurs », qui écument les brocantes à la recherche de jeux vidéo afin d’en tirer un maximum de profit à la revente.

Ndlr : Lire l’article plein d’humour sur l’astrologie Megaman

Etant donné que de nombreux jeux auraient certainement finis détruits, cela augmente l’offre mais aussi les prix. Aussi, de temps à autres, des collectionneurs revendent tous leurs jeux en disant « j’ai fait le tour, je passe à autre chose ». C’est drôle, car dans un coin de sa tête on se dit « tiens mais je l’ai vu commencer lui ! ».

H : Tu es également le fondateur du site Nintendo Museum, peux tu nous présenter ton site et ses objectifs ?

Le Nintendo Museum est un projet qui me tient à cœur depuis longtemps. Tout a commencé en 2004 via un simple blog, ceux qui sont à la mode chez les ados ! Toutes les photos étaient en vrac. Puis, en 2007, un site crée à 100% sur NVU et hebergé gratuitement sur free est mis en ligne : le museenintendo. Tout est bien classé dans différentes sections mais le site, déjà graphiquement très pauvre, devient de moins en moins fonctionnel à mesure que les pages se remplissent. Et oui, je ne suis ni codeur, ni webdesigner ! Las de passer beaucoup de temps les mains dans le cambouis, en 2010 je passe sur WordPress avec un nom de domaine personnalisé : le Nintendo Museum est né.

nintendo-museum.fr

C’est un site sur lequel j’expose l’ensemble de ma collection Nintendo : jeux, consoles, goodies, livres, musiques, supports publicitaires, pin’s et badges ainsi que de nombreux articles sur Big N comme les principaux abandonware depuis la Famicom, les démêlés judiciaires de la firme ou encore de nombreux tutoriels pour les consoles Nintendo.

Les objectifs sont multiples : tout d’abord, c’est un musée virtuel accessible par toutes et tous à tous moments ; c’est ma façon à moi de sauvegarder le patrimoine vidéoludique. Ensuite, il y a un côté didactique pour les curieux ou les amateurs de jeux vidéo et enfin cela me sert à archiver méticuleusement l’ensemble de ma collection. Et il faut bien le dire, en tant que collectionneur, avoir à tous moments l’ensemble de sa collection en photo pour juger l’état de telle ou telle pièce, c’est juste hyper pratique !

H : Merci d’avoir répondu à nos questions Vincent, bonne continuation et que la Force soit avec toi ! On termine avec une jolie photo de ta collection de Game and Watch, juste pour le plaisir des yeux 😉 

game and watch

sources photos : Nintendo Museum de Nevertrust

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s